30/04/2024 | Tous les pays

La consommation a baissé de 5% dans l'UE : comment la redresser ?

L'Observatoire de la consommation de Freshfel Europe montre qu'il reste un long chemin à parcourir pour atteindre la recommandation minimale de 400 g/jour de fruits et légumes frais. 
 
Freshfel Europe a publié sa dernière édition de l'Observatoire européen de la consommation de produits frais. Le rapport propose une comparaison des tendances de consommation dans l'UE-27 dans son ensemble et dans chaque État membre, sur la base des statistiques officielles d'Eurostat et de la FAOstat. 
 
Au cours des 2 dernières décennies, le Freshfel Europe Consumption Monitor est devenu de plus en plus important dans l'évaluation des tendances de la production, du commerce et de la consommation de fruits et légumes frais en Europe. Le rapport, avec sa nouvelle présentation, a utilisé une méthodologie cohérente tout au long des années et est devenu un document de référence unique pour le secteur et les décideurs qui examinent à la fois le développement commercial et l'évolution de l'alimentation quotidienne en produits frais en Europe.
 
 
 
6 pays atteignent l'objectif de 400g
 
L’édition de cette année montre que la consommation moyenne de fruits et légumes dans l’UE est tombée à 350 g/jour/habitant en 2022, soit -5 % par rapport à 2021 et près de -3% par rapport à la moyenne des 5 années précédentes. Ce niveau reste encore plus de 12 % inférieur au minimum de 400 g/jour/habitant recommandé par l'OMS. Le Freshfel Europe Consumption Monitor montre que seuls 6 pays de l’UE atteignent l’objectif recommandé d’au moins 400 g de fruits et légumes frais/jour/habitant, laissant une grande marge d’amélioration pour stimuler la consommation.
 
 
 
Un marché européen de produits frais de 71,35 millions de tonnes
 
En 2022, la taille du marché des produits frais de l’UE-27 est tombée à 71 350 965 t. Cette diminution a mis fin à la tendance positive amorcée en 2020 avec la pandémie de COVID-19, qui avait modifié le mode de vie des Européens vers une approche plus saine, en plus d'améliorer leur attitude envers les causes environnementales et le changement climatique. Cependant, à partir de 2022, la consommation de fruits et légumes est revenue sous pression dans toute l’Union européenne en raison de la crise économique, de la hausse des prix et de l’inflation généralisée impactant le pouvoir d’achat des consommateurs, limitant les volumes et recherchant l’option la plus avantageuse en termes de prix. . Philippe Binard, délégué général de Freshfel Europe a commenté : « En période d'incertitudes économiques, les consommateurs ont tendance à s'orienter vers une alimentation moins saine, perçue comme plus satisfaisante sur le plan énergétique et comme une option alimentaire moins chère que les fruits et légumes. Au-delà des conclusions du Monitor 2022, les données préliminaires pour 2023-2024 confirment les tendances à la baisse en cours, qui ont atteint dans de nombreux cas plus de 10 %, ce qui signifie que la croissance de la consommation post-pandémique est désormais totalement perdue.
 
 
 
Des prix plus élevés compensent en partie la baisse des volumes
 
À partir de l'échange avec ses membres, Freshfel Europe a identifié plusieurs facteurs communs guidant les dernières tendances de consommation : la baisse des achats des ménages, les ménages à faible revenu étant plus touchés par la baisse, les produits biologiques et premium étant sous pression, la fréquence accrue des achats mais avec des quantités plus réduites et un volume de ventes inférieur partiellement compensé par des prix plus élevés. Salvo Laudani, président de Freshfel Europe a déclaré : « Freshfel Europe est la plateforme idéale pour que le secteur puisse rester informé des dernières tendances et avoir le meilleur accès aux informations sur le marché pour comprendre la dynamique du marché et également coordonner les efforts pour renforcer la position des produits frais. sur les marchés alimentaires compétitifs et donner un nouveau visage à l'image des produits frais auprès des consommateurs. Collectivement, nous devons démystifier la perception erronée de l’image, éliminer les obstacles à la consommation et restaurer le statut de « héros » accordé aux produits frais pendant la pandémie.
 
 
 
Les produits frais restent classés comme produits essentiels
 
Alors que la législature actuelle de l’UE touche à sa fin, le succès de l’évolution recommandée vers une alimentation plus végétale peut être remis en question. Les multiples incohérences politiques et le manque de cohérence des mesures résultant du pacte vert européen, de la stratégie de la ferme à la table, du plan d'action pour l'économie circulaire, ainsi que du plan européen de lutte contre le cancer, n'ont pas réussi à concrétiser l'ambition de passer à une alimentation plus saine et plus respectueuse de l'environnement. L'opportunité d'établir une discrimination positive pour les produits frais a échoué. L’élan visant à renforcer de manière significative la position des fruits et légumes dans l’assortiment alimentaire a été largement manqué par les décideurs politiques. Les fruits et légumes doivent être considérés comme des biens publics et comme une partie de la solution aux défis sociétaux et à ce titre classés comme produits essentiels.
 
 
 
800 grammes recommandés en Norvège
 
M. Binard a ajouté : « Les directives nutritionnelles nationales, les recommandations du Conseil nordique et les scientifiques de l'EGEA s'accordent sur le fait que l'ambition et l'objectif de consommation doivent être portés à 800 g/habitant/jour. Même si la prise de conscience est là, trop d’obstacles empêchent encore la croissance. Les bienfaits des fruits et légumes devraient être mieux reconnus dans la politique de promotion mais aussi dans le prochain débat sur la taxonomie (la taxonomie européenne désigne une classification des activités économiques ayant un effet favorable sur l'environnement). En outre, les perceptions erronées concernant les prix ou la sécurité doivent être combattues afin que les consommateurs puissent faire des choix en connaissance de cause. Parallèlement, le secteur devrait poursuivre ses efforts et ses innovations en faveur d'une plus grande commodité, d'un meilleur goût et d'une meilleure texture, cibler les actions de promotion sur les plus jeunes et rechercher un soutien pour que les produits frais soient abordables et bien présents dans les ménages les plus démunis et à faibles revenus".
 
 
Comment construire une attitude de consommation solide ?
 
Les fruits et légumes présentent de nombreux atouts et constituent une option alimentaire abordable pour les consommateurs européens. Le secteur des fruits et légumes et les pouvoirs publics devraient unir leurs forces pour construire une attitude de consommation durable basée sur les bienfaits des fruits et légumes frais pour la planète, le climat et la santé des consommateurs eux-mêmes. Il ne peut y avoir de compromis sur l’urgence des actions nécessaires pour relever le défi de la consommation, plus particulièrement auprès de la jeune génération.
 

 

 

 

© Copyright 2011 - Fructidor International - Tous droits réservés.